Concours de la grande menterie

Capsule Concours La Grande Menterie from FCLAT on Vimeo.

 

Le concours

 

Concours de la meilleure menterie : mardi 9 mai 2017

Le Festival de contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue récidive pour une 14ième année avec son Concours de la Grande menterie. Le concours est présenté depuis les débuts du festival et il a été à chaque fois un événement très attendu par les spectateurs. L’ambiance est toujours très décontractée et conviviale Les pugilistes des mots ne reculent devant rien pour démontrer la véracité de leur histoire et en réponse, les spectateurs s’en donnent à coeur joie pour signaler l’improbable. Le concours a lieu cette année le mardi 9 mai à 19h00 à la Microbrasserie Le Prospecteur.

Qu’est-ce qu’une menterie ?

Une menterie est un récit de vie exagéré. C’est une histoire incroyable qui vous serait arrivée personnellement et dont vous êtes l’auteur. Elle est racontée sous la forme d’un récit authentique.
Ce n’est pas un monologue, ni un conte traditionnel (où le conteur raconte l’histoire d’un personnage); ce n’est pas une série de farces ni un texte récité littéralement.

Déroulement

Cette année, Carmine Cirella organise cette soirée bien originale. Ayant un parcours en improvisation Carmine sera vous séduire par son animation typique.

Le concours consiste en une confrontation de 8 menteurs et menteuses. L’animateur mène le bal. Les menteurs ont un minimum de 7 minutes et un maximum de 8 minutes pour conter leur histoire. Le résultat se conclut par un vote où les spectateurs détiennent 40% des voix et les membres du jury 60%. Le gagnant est celui qui a obtenu le plus de voix au total.

Le concours est ouvert au public. Il suffit de s’inscrire en téléphonant au 819-578-9366
jusqu’au lundi 8 mai 2016. Laissez votre nom, numéro de téléphone et une menterie ou un
extrait d’une menterie d’une minute.

Pour information

Carmine Cirella, organisateur – 819-578-9366

Le règlements

Règlements du concours

Menterie

Une menterie est un « récit de vie exagéré » ou, dit autrement, « une histoire incroyable (qui vous serait arrivée personnellement) que vous avez inventée et qui est racontée sous la forme d’un récit authentique ».

Une menterie n’est pas un monologue (où le comédien joue un personnage), ni un conte traditionnel (où le conteur raconte l’histoire d’un personnage), ni des « jokes » humoristiques à la queuleuleu, ni un texte récité littéralement. Mais la menterie peut contenir une part de tous ces éléments.

Déroulement

1. Les huit meilleurs menteurs sélectionnés sur le répondeur viennent se disputer le titre du Meilleur menteur.
2. L’ordre de passage des menteurs est tiré au sort.
3. Le concours se déroule sans thématique.
4. Un animateur mène le bal et fait office d’arbitre.
5. Les menteurs ont un minimum de 7 minutes et un maximum de 8 minutes pour conter leur menterie. Un « Maître du temps » indique aux menteurs l’écoulement du temps. Si la menterie dure moins de 7 ou plus de 8 minutes, le menteur est disqualifié.
6. Trois points de pénalités disqualifient le menteur (voir plus bas).
7. Le public et les membres d’un jury votent en fin de concours à l’aide d’un bulletin de vote. Les votes du public comptent pour 40 % et ceux du jury pour 60%. Le jury est formé de trois
personnes. Le gagnant est celui ou celle qui recevra le plus de voix. Il remporte le trophée du meilleur menteur.

Pénalités pour « faux-pas »

Les points de pénalité sont proposés par l’animateur et approuvés par le public et sont donnés pour les « faux-pas » suivants :
• exagération non justifiée par le menteur
• abus de langage injustifié (sacres, grossièretés, scatologie, racisme, etc.)
• clichés déjà entendus mille fois et qui ne sont pas réinventés
• contradiction dans l’histoire (confusion dans les dates, les lieux, les personnages, les noms, dans l’histoire même…)
• genre non respecté (monologue, conte…)
• non-appropriation (récit connu par tout le monde et non renouvelé…)
• le menteur dit mot à mot un récit appris par cœur

Public

1. Le public peut manifester son doute face à un « faux-pas » en réagissant et en essayant de créer une « rumeur sonore » dans la salle pour forcer le menteur à s’expliquer.
2. Le public doit éviter d’interrompre systématiquement le menteur et nuire à sa performance, par conséquent, le public ne peut pas interpeler directement le menteur.

Menteurs

1. Dans le cas d’une « rumeur sonore » généralisée, le menteur doit justifier et/ou expliquer son exagération.
2. Si le menteur ne répond pas au public, l’animateur intervient et demande au menteur de se justifier
3. Si le menteur ne s’explique pas ou son explication n’est pas crédible, il encourt une pénalité d’un point.

Animateur

1. L’animateur ne peut intervenir que lorsque le public manifeste son doute vis-à-vis une menterie ou lors de faux pas flagrant.
2. L’animateur peut ramener le public à l’ordre s’il est trop bruyant.
3. Lors du dialogue entre le menteur et l’animateur, le chrono est arrêté.

Maître du temps

1. Le «Maître du temps» indique au menteur ainsi qu’au public le déroulement du temps : un premier carton indique que le temps minimum de huit (6) minutes est atteint et que par conséquent, il reste 2 minutes ; un second carton indique qu’il reste une (1) minute ; un troisième carton indique qu’il reste trente (30) secondes ; un quatrième carton indique que le cmenteur a dépassé son temps et est disqualifié pour avoir dépassé les huit(8) minutes maximum.

Les menteurs

Concours de la meilleure menterie 2016

Concours de la meilleure menterie 2015